Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 08:42

L'indignité nationale contre les préceptes républicains LIBERTE / EGALITE/ FRATERNITE.
A part ses discours ou il répète qu'il est conscient, qu'il est scandalisé par les situations de détresse des uns, les comportements des autres....du bla bla ......
L'Histoire jugera et nous aussi dès 2010, puis 2012.
Certains pensent que la Gauche n'aurait pas mieux fait.
Et pourtant, elle n'aurait pas voter le paquet fiscal :bouclier fiscal, avantages sur le patrimoine, exonération des charges sur les heures supp
coût : 15 Milliards/an   .....aucune efficacité tant sur le plan de la croissance que de l'emploi
la baisse de la TVA sur la restauration
coût : 3 milliards/an ......aucun des engagements avancés par la profession n'ont été tenus
Toutes ces mesures complètement inefficaces pour la relance et l'emploi. Rien qu'en ne faisant pas ces erreurs, la gauche aurait permis déconomiser sur 2 ans la somme de 36 Milliards.
Marge de manoeuvre, à déficit égal, lui permettant d'assurer une relance par la consommation envers les plus démunis d'entre nous...Aux urnes citoyens

Voilà une réalité des chiffres....qu'il faut mettre en avant

Partager cet article

Repost 0
Published by barovin - dans Politique
commenter cet article

commentaires

claudioo 28/01/2010 21:09


cette remarque ne t'est pas personnellement destinée.je veux bien entendre parler des derives liberales du ps pour expliquer la defaite de jospin, ok mais prendre cela comme justificatif est bien
la demonstration de ce que j'explique: il y en a qui ont préféré chirac + raffarin + villepin et dans la fouléé le nabot à jospin. drole d'analyse politique. quand je parle de demeurés du vote, je
suis encore très soft.et le pire c'est qu'ils se preparent à recommencer en 2012, heureusqement qu'on pourra bénéficier des prévisibles divisions de la droite.


barovin 29/01/2010 08:57


Si je prends mon cas personnel...J'ai apprécié les 35 h, mais pas du tout ce que j'appelle la gestion du libéralisme par la poursuite des privatisations et le soutien à l'Europe Libérale qui nous
montre, chaque jour, son incapacité à créer un grand espace social et politique...un manque de volonté dans un domaine (l'immobilier) où l'on pouvait déjà voir poindre la spéculation ds années
2000/2005 par insuffisance. Je n'ai donc pas voté JOSPIN, surement pensant qu'il serait là au second tour. En 2007, j'ai voté SEGO dès le  premier tour, non par conviction mais  pour
éviter le 21 avril 2002. Je crains, avec le recul,  que le PS avait besoin de cette thérapie pour se repositionner à gauche et rompre avec les sirènes de l'ultra libéralisme qui l'a traversé
pendant quelques décennies. La crise financière et ses conséquences militent dans ce sens.


trauma 28/01/2010 15:26


Ton article est clair. Il démontre que les réformes du paquet fiscal n'était en fait que des cadeaux à une certaine catégorie de français qui ne représente à peine 10 %. De plus la crise arrivant,
il aurait été intelligent de les annuler dans la mesure où elle se sont révélées complètement inefficaces tant pour la croissance que pour l'emploi et d'utiliser cet argent à une véritable relance
par la consommation. Ce qu'on fait bon nombre de pays, y compris les anglo saxons. Le gouvernement s'est évertué à relancer par les investissements, mais une entreprise qui a du mal à vendre tend
plutôt à renoncer à ses investissements....mais il persiste et creuse le déficit...


claudioo 27/01/2010 22:46


petite intervention sur les hauts salaires. il y a 2 choses ridicules 1- l'excès de salaires.2- l'excès d'impôt. personne ne mérite 140 fois le salaire d'un smicard, je veux bien reconnaitre le
talent d'un homme (où d'une femme)mais à ce niveau cela devient débile et malhonnête. quand à l'impôt, je ne vois pas à quoi rime de laisser verser des salaires énormes si c'est pour en prendre la
plus grande partie en impôt. la sociale démocratie suédoise était arrivée au moment d'olof palme à une tranche qui avoisinait 90 à 92% d'imposition sur les très hauts salaires. c'est tout autant
ridicule. je préfèrerais qu'on légifère sur un salaire maximum comme on légifère sur un salaire minimum. cela éviterais que ces très hauts salaires s'investissent en participations à hauts
rendements qui par l'intermédiaire de l'avoir fiscal permet de ne pratiquement pas payer d'impôt.si quelqu'un connait un haut salaire qui paie 50 % de ses revenus en impôt.......... qu'il me le
dise car ce doit être d'une grande rareté. ceux qui partent planquer leur argent en suisse ne le font pas pour des soucis d'impot mais par refus de participer au pot commun. je suis donc en accord
total avec la proposition entendue sur france 2 (je ne sais plus par qui): ceux qui vont payer leurs impôts en suisse n'ont pas droit aux prestations sociales(si si cela existe) aux soins médicaux
(sécurité sociale) etc etc. pour avoir droit au vote,on se comporte en républicain honnête et si on s'expatrie à gsdaat on s'interdit de gagner sa vie sur les scènes francaises tout en venant faire
campagne pour le nain.vous avez reconnu? ah bon!


barovin 28/01/2010 07:17


Bien d'accord avec tes propositions. Mais en attendant le jour où l'on définira des salaires plafonds en fonction de la valeur contributive de chacun à l'enrichissement collectif. Il n'est pas
difficile de constater que le monde marche sur la tête et que les hauts revenus ne sont pas le fruit d'un travail intense et contributif à l'essor  commun, mais plutôt pour l'essentiel, ds
positions de rentiers improductifs et parfois destructeurs de richesse (le Traders qui spéculent, Les grans patrons du CAC 40 qui délocalisent et licencient.....etc....etc...). Il est donc urgent
dès le retour de la gauche d'annuler le bouclier fiscal et l'ensemble du paquet fiscal et de remettre de l'ordre ds les niches fiscales.
Mais au delà, de penser l'urbanisation du futur de nos villes pour effacer les effets destructeurs de cohésion sociale institué par le marché. je reviens sur l'immobilier qui devrait ^etre un droit
fondamental. Toute une partie i de notr jeunesse ne peut se loger et donc créer les conditions d'une vie sociale assumée. C'est un élément important dont la gauche doit se soucier. Remettre de
l'humain au centre de la société..voilà un enjeu pour les prochaines années


claudioo 27/01/2010 22:23


j'interviens sa propos des 35 heures car il se dit des choses vraies et fausses de chaque côté. d'abord une précision, je pense que la part du travail dans la vie humaine est appelée à se réduire
et je crois que c'est une bonne chose de réduire ce temps. ce principe posé(choix absolument subjectif)on peut passer à l'objectif. les études économiques (insee) ont largement montré que les
entreprises qui sont passées aux 35 heures ont été largement bénéficiaires lorsqu'elles ont accompagné le jeu par de vraies négociations sur l'organisation du travail. comme le dit barovin tu
travailles un peu plus à certains moments, tu tiens compte des besoins momentanés de l'entreprise et en échange tu récupères des jours de repos à d'autres moments. je ferai remarquer à foujuste que
c'est à ce moment là que les entreprises de bricolage ont fait des bonds économiques foudroyants. temps libre entrainant amélioration du logement, temps au jardin etc etc créant ainsi de l'emploi
induit. dans l'imprimeris où je bosse, c'est loin d'être la pire du marché, la période qui a suivi les 35 heures a été la plus florissante de ses 21 années d'existence. la conséquence fut un
recrutement modéré et une distribution de participation conséquente. là où je rejoins ppcaillu c'est sur les salaires. l'accord de modération des salaires a été et est encore un vrai souci. car
l'inflation a continué(même faible)d'affaiblir les moyens financiers de la consommation. ne nions pas ce fait gravissime sur l'activité économique qui s'en ressent immédiatement et conduit à un
système quasi déflationniste. le drame est (jospin l'a très bien expliqué dans ses récentes émissions) qu'il fallait prolonger cette réforme en l'analysant et en la corrigeant là ou elle posait
problème. exemple l'hopital àoù il aurait fallu commencer par augmenter le nombre de places dans les instituts de soins infirmiers avant de déclencher les 35 heures. il faut là reconnaitre que la
gauche a mis la charue avant les boeufs. je ne suis pas le premier à le dire et si je l'affirme ainsi c'est parceque je connais un peu le problème par ma compagne qui est infirmière.le souci
fondamental se pose en 2002 avec un premier ministre qui fait une campagne faible et un certain nombrte de demeurés du vote qui préfèrent la droite(contre qui ils peuvent s'amuser à cogner) à une
gauche qui les oblige à une certaine réserve.la bêtise n'est pas qu'à droite, la gauche peut être plus bête encore. demandez à besancenot, arlette où chevènement où même taubira. ne confondons pas
une élection majeure avec une élection locale où on peut éffectivement se défouler. nous le payons encore aujourd'hui et reconstruire ce que le nain aura détruit va demander des efforts longs et
tenaces, il faudra avoir l'honnêteté intellectuelle de regarder les retraites dans leur réalité objective et dépasser les slogans stériles qui aujourd'hui , quoi qu'on en dise, mettent en danger le
système par répartition. on est bien sur parfaitement en droit de contester ce que je dis mais de grace avec des arguments.


barovin 28/01/2010 07:03


Je n'ai rien à redire. je pense qu'effectivement il fallait faire et avoir le courage des 35 h. Et effectivement, là où çà s'est passé dans un contexte donnant/donnant, ca c'et plutôt bien passé.
Alors, effectivement  et objectivement la gestion à l'hôpital a posé et pose tjrs des problèmes, sous l'effet de lapolitique désastreuse de la droite en matière d'effectif dans le fonction
publique. Il est clair aussi que ds les petites unités qui sont soumis au diktat des grands donneurs d'ordre, ca a pu poser des problèmes... Quant à la défaite de la Gauche, au delà des
divisions bien réelles, mais aussi des dérives libérales du PS, ce ne sont pas les 35 h qui l'ont fait battre, mais à mon avis, une absence de traitement du logement et d'une politique de la ville
vraiment novatrice. Quant aux retraites, prendre en compte le vieillissement n'est pas idiot, dans la mesure où ce n'est pas une posture idéologique de droite, surtout à un moment où on est
incapable de donner du boulot à 70 % des plus de 55 ans. Comme ds tout domaine il faut être cohérent. Une autre voie existe, celle d'élargissement de l'assiette de cotisation aux produits du
capital et du patrimoine.


Nouchkaya 27/01/2010 21:40


Oui je suis d'accord avec cette analyse et il faut que le max de gens arrêtent de croire tout et n'importe quoi car ce président est très fort pour donner l'impression qu'il compatit au malheur des
gens! J'attends la sanction des urnes!


barovin 28/01/2010 07:18


Voir Mon article sur davos, clair et concis,


Présentation

  • : Barovin - Libre penseur
  • Barovin - Libre penseur
  • : Kerjolys se trouve en Bretagne ou en Normandie, près de kerjolys, à KERJOLYS
  • Contact

Pages

Catégories